Sélectionner une page

Faut-il choisir un lombricomposteur ou un sceau Bokashi ?

Il y a souvent deux démarches qui amènent à s’interroger sur les moyens de composter ses déchets de cuisine.

compost-lombrics-bokashi

compost : vers vs Bokashi

La première est celle de créer de la valeur (le compost) avec des déchets. Ces derniers, en France, sont la plupart du temps, incinérés. Incinérer des déchets ménagers, c’est absurde. La matière humide des déchets va nécessiter beaucoup d’énergie pour être brûlée et donc à un coût considérable au niveau financier et environnemental.

La seconde est celle d’intérêt pour la planète, les déchets étant un véritable poison pour l’environnement.

Seulement, pour les urbains, il est impossible d’avoir un bac à compost. A priori, composter ses pelures de pommes est impossible en appartement.

Pour les ruraux, ce problème ne se pose pas. En revanche, les jardiniers peuvent avoir envie d’enrichir la terre avec différents apports naturels en multipliant les méthodes de compost.

Or, il existe une solution très simple. En effet, dans ces deux configurations, le compostage rapide des déchets de cuisine par les lombrics ou le Bokashi est une possibilité efficace. Cependant, il existe certaines précautions à garder en tête, avant de se lancer.

 

Lombricomposteur vs Bokashi, ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Autant dire les choses nettement, que ce soit avec le bokashi ou le lombricomposteur, rien n’est vraiment simple.

À mon sens, pour permettre à chacun de composter ses déchets ménagers, il faut sortir du discours simplificateur qui consiste à dire :

Vous allez voir, composter les déchets en appartement c’est très simple !

Oui, c’est simple, à partir du moment où on a les bons conseils, où on accumule une petite expérience et où la motivation est toujours présente.

Ça a été mon cas… ce qui n’a pas empêché d’être confrontée à de nombreux problèmes, que j’ai à peu près résolus pas forcément facilement.

Concrètement, j’ai eu moins de problèmes avec le Bokashi.

Cela étant, je ne pourrai jamais composter l’ensemble de mes déchets qu’avec le Bokashi. Pour moi, les deux sont complémentaires.

J’ai composté les déchets de cuisine  d’abord avec le lombricomposteur, puis j’ai ajouté le Bokashi pour pouvoir tout composter.

Les deux sont (normalement) sans odeur, sans mouche et moucheron et produisent une terre très riche. Voici comment faire son choix pour composter ses déchets.

 

Quels sont les avantages du lombricomposteur contre le Bokashi ?

L’avantage du lombricomposteur est le travail des vers ce fait quasiment tout seul.

Il suffit de remplir le lombricomposteur au fil de la production des déchets. Plus les déchets seront petits, plus les vers auront leur travail facilité.

Le risque et la source de nombreux problèmes avec le lombricomposteur est l’acidité du milieu acide. En plus des déchets de cuisine, il faut rajouter environ 30 % de matière carbonée, idéalement en petit morceau. Les matières carbonées sont du carton, des journaux, boites d’oeufs.

Les vers vont « manger » les déchets et la matière carbonée en même temps. Vous récupérerez le compost, généralement assez humide, et le jus de compost au bout de trois semaines à peu près.

L’achat d’un lombricomposteur représente un coût relativement conséquent, quel que soit le modèle choisi.

En plus du lombricomposteur, vous devrez récupérer des vers de compost. Ce sont des vers de fumier, qui sont différents des vers de terre que chacun connait.

Au niveau du budget, pour l’achat d’un lombricomposteur, il faut compter sur une fourchette entre 80 € et 150 € et 500 grammes de vers de compost coûtent à peu près 30 €.

Cependant, vous pourrez très bien faire un lombricomposteur vous-même et avoir des vers de compost grâce aux dons.

 

Pourquoi choisir le Bokashi à la place du lombricomposteur ?

Cette manière de faire du compost vient d’Asie et a un réel succès en Europe.

Le principe de fonctionnement de base du compost Bokashi, c’est la fermentation. Le compostage se fait sans air, autrement dit, dans un milieu « anaérobie ».

Par ailleurs, il faut un contenant qui ferme hermétiquement. Il est tout à fait possible de fabriquer son composteur Bokashi soi-même. En cas d’achat, il faut compter environ 70 € pour un seau à Bokashi et un activateur. Il y en a quelques-uns sur les sites d’annonces d’occasion.

Car effectivement, la grande différence avec le lombricomposteur, c’est la présence de l’activateur Bokashi. Cet activateur est composé de micro-organismes qui vont fermenter les déchets.

Contrairement au lombricomposteur, tous les ingrédients peuvent être compostés.

Il est également possible de faire soi-même un activateur de compost à Bokashi, même si c’est un peu plus compliqué comme je le détaille dans mon article consacré à ce sujet.

Il faut environ 3 semaines pour que la fermentation du seau à Bokashi soit complète.

Une fois fermenté, le compost devra être enterré ou mélangé à un compost classique ou à du lombricomposteur. Il n’est pas utilisable directement pour la culture.

 

À mon sens, composter ses déchets avec du lombricompostage et du Bokashi est complémentaire. Cela permet de varier les apports à la terre et de valoriser à 100% ses déchets de cuisine.

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.