Sélectionner une page

Bébé prématuré : les conseils

Photo_bebe_premature

La prématurité de bébé et les parents

 

 

Chaque année, plus de 50 000 bébés naissent prématurés, avant les 8,5 mois de grossesse ou 37 semaines d’aménorrhée. Les conditions de la naissance sont souvent difficiles à vivre pour les parents, et notamment pour les mères.

Aujourd’hui, dans les sociétés occidentales, la grossesse est tellement idéalisée que les parents sont très démunis face aux aléas de la vie dans ce moment si particulier qu’est l’attente d’un enfant.

J’ai fait cet article pour donner des clés, des outils aux familles concernées par la prématurité d’un enfant. Ça ne change sans doute pas la vie, mais permet, parfois de « mieux vivre «  ces moments-là. N’hésitez pas laisser un commentaire à la fin de cet article pour partager vos impressions et les ressources que vous avez utilisées dans ce parcours.

 

La prématurité, qu’est-ce que c’est ? Définition

La prématurité moyenne se situe entre 7 et 8 mois de grossesse.

Un grand prématuré est né entre 6 et 7 mois de grossesse (10% des naissances prématurées). La très grande prématurité concerne les naissances avant les 6 mois de grossesse (5 % des enfants prématurés).

 

Les causes d’une naissance prématurée

L’ensemble des causes qui provoquent un accouchement prématuré ne sont pas totalement identifiées. Parmi les facteurs qui augmentent les risques, il y a :

– les grossesses gémellaires et autres grossesses multiples (33 % des naissances prématurées),

– l’hypertension maternelle sévère,

– une infection génitale,

– du diabète.

 

L’âge corrigé

On appelle l’âge corrigé d’un bébé prématuré, l’âge que l’enfant aurait eu s’il était né à terme.

Cela permet de relativiser son poids et son évolution de manière générale.

 

Allaitement et prématurité

Si vous souhaitez allaiter, c’est tout-à-fait possible, même en cas de grande prématurité. Il vous faudra tirer votre lait avant que les mises au sein soient possibles. Pour faciliter la chose, louez un tire-lait à double pompage, cela vous prendra moins de temps et, a priori, cela stimule la lactation surtout si vous le faites souvent (même la nuit). Sur prescription, vous pourrez vous faire rembourser la location par l’Assurance Maladie. La prescription du tire-lait peut être faite par une sage-femme.

 

Si votre enfant est hospitalisé, demandez à ce que l’on vous indique les salles d’allaitement dans lesquelles  des tire-laits sont parfois à disposition des mamans et leur règlement (horaires, fonctionnement du matériel à disposition, etc.).

 

Par ailleurs, si vous tirez votre lait à la maison, il vous faudra le transporter dans des conditions d’hygiènes strictes (prévoyez des pains de glace et un sac isolant). Les sages-femmes et puéricultrices de l’hôpital pourront vous conseiller.

 

Bébé prématuré et néonatologie : l’hospitalisation

En cas d’hospitalisation pour un bébé prématuré, l’enfant sera admis en fonction de sa situation médicale :

– en soins intensifs,

– en réanimation,

– en pédiatrie.

 

Pour limiter le risque infectieux, tant que votre bébé est à l’hôpital, ayez une hygiène irréprochable, lavez-vous soigneusement les mains. Si vous vous sentez malade, portez un masque.

 

Soyez très présents (papa et maman). Si l’état de votre enfant le permet, faites du peau à peau avec lui.

Si cela ne vous occupe pas assez l’esprit, prenez un livre ou un lecteur MP3 avec casque. Ces deux activités sont parfaitement compatibles.

Relayez-vous entre papa et maman pour étendre le temps de présence parentale au maximum.

Certains parents choisissent de répartir leur présence en journée pour la maman, en soirée et en début de nuit pour le papa.

C’est à chaque famille de choisir l’organisation qui lui correspond le mieux en fonction de ses possibilités, mais aussi de ses contraintes surtout s’il y a des ainés dans la fratrie.

 

Bébé prématuré et attachement

Il y a eu beaucoup d’écrits sur les « théories de l’attachement » mère/enfant, et notamment lorsqu’il y a séparation à la naissance comme c’est souvent le cas en cas de prématurité.

À mon sens, les théories c’est bien. Cependant, il faut garder en tête que chaque vie est unique.

Malgré la séparation, il est toujours possible de bâtir des liens avec votre enfant. Vous tisserez les vôtres, à votre manière. Vous pouvez, par exemple :

– demander à l’équipe soignante de diffuser dans la chambre de votre enfant, pendant votre absence, un CD sur lequel vous aurez enregistré votre voix. Sur l’enregistrement, vous pouvez chanter des chansons si cela vous plaît, ou raconter des contes (type les 4 contes du Père Castor) que vous lisez à vos aînés.

– Quand vous êtes présents, si vous ne pouvez pas faire de peau à peau, parlez à votre enfant, chantez-lui des chansons, racontez-lui vos journées, vos souvenirs, tout ce qui vous passe par la tête. Le son de votre voix l’apaisera. Il la connaît déjà puisqu’il l’entendait quand il était dans le ventre de maman. Accompagnez vos gestes, d’explication, comme en lui faisant les soins (exemple « alors mon petit bébé, je vais te changer la couche »).

– Participer aux soins : toilettes, bains, changements de couches, soins du cordon, c’est important pour votre enfant.

– Dormez avec un linge à vous type « lange » ou apportez un tee-shirt (propre) ou chemise de nuit qui a votre odeur pour le placer près de bébé. Les nourrissons ont un odorat très développé et cela le rassurera.

 

Une initiative du CHU de Bordeaux

Depuis avril 2017, le service de néonatologie de l’hôpital des enfants de Bordeaux a mis en place un dispositif innovant pour permettre aux parents de garder le lien avec leur enfant hospitalisé.

Dans ce service, 70 % des bébés sont nés prématurés. 30 % sont nés à terme avec des pathologies très lourdes. LA moitié des familles habitent à plus de 50km de l’hôpital.

Ce dispositif, nommé Cordon numérique, consiste à installer sur chaque berceau une caméra qui filme bébé et dont les images sont accessibles aux parents et familles sur un serveur sécurisé.

 

Les conséquences de la prématurité

La prématurité peut avoir des conséquences sur le développement de votre enfant. Ce n’est pas systématique, cela fait simplement partie des « probabilités ». Une équipe pluridisciplinaire suivra peut-être votre enfant dans son développement.

Mais peut-être qu’un jour, vous regarderez votre enfant et vous vous direz qu’à son âge, il devrait avoir acquis certaines capacités qu’il n’a pas aujourd’hui. Voici les repères à conserver à l’esprit pour faire le point sur ce « ressenti ».

Retard de bébé et prématurité :

Les progrès sont variables, chaque enfant a son propre rythme de développement. La prématurité peut provoquer différents types de séquelles.

Tout d’abord, il faut se dire que chaque enfant a son propre développement. Si à 7 mois, il ne se retourne pas, mais qu’il est le champion du monde de la préhension (saisir les objets avec ses mains), ce n’est peut-être rien du tout.

En revanche, si vous vous posez des questions, voici les conseils.

Retard de bébé : Le médecin de votre enfant est votre premier interlocuteur pour évaluer un potentiel retard chez bébé

Faites le point avec son médecin, de préférence un pédiatre qui le connaît. Si vous n’en avez pas, vous pouvez demander un rendez-vous dans une PMI proche de chez vous.

Retard de bébé : Les médecines douces (ou soins de support) en appui pour aider bébé dans son développement

Essayez d’aller voir un ostéopathe. Plusieurs situations peuvent se résoudre avec de petites manipulations. Si vous n’en connaissez pas, téléphonez à votre maternité ou votre médecin qui doit connaître des professionnels ayant l’habitude des bébés.

Les Centres d’Action Médico-Sociale des interlocuteurs « ressources » pour évaluer les progrès de bébé

Si vos interrogations persistent, demandez à rencontrer un pédiatre d’un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce ou C.A.M.S.P. Il y en a dans tous les départements. Même si beaucoup sont débordés, il ne faut pas hésiter à rappeler pour avoir un rendez-vous proche et peut-être bénéficier d’un désistement. Sachez également que certains pédiatres des C.A.M.S.P. exercent aussi dans les P.M.I où les rendez-vous sont plus faciles à avoir.

Les bilans des centres conventionnés avec la Sécurité Sociale

Certains centres conventionnés avec la Sécurité Sociale proposent des bilans pour les enfants. Ces bilans condensent sur une demie-journée le passage de tests dans différentes spécialités de médecine. Il y en a sans doute un centre près de chez vous.

Une consultation chez un pédopsychiatre permet de faire un bilan d’un éventuel « retard » de développement chez bébé

Si tout cela n’a abouti à rien, contactez un pédopsychiatre qui fera un bilan. Vous pouvez aller dans un cabinet libéral (en ville), ou demander un rendez-vous dans un hôpital proche de chez vous.

 

Outre ces recommandations, vous pouvez consulter l’article sur les troubles du langage de l’enfant et les astuces pour l’aider à parler

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 18 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.